Valve scèle la fin de Steam Greenlight au profit de Steam Direct

Depuis le 6 juin, le système Steam Greenlight est fermé. Il sera remplacé par Steam Direct le 16 juin prochain, ce qui permettra à tous les développeurs de proposer leurs jeux vidéo sur la plateforme en payant 100 dollars. Bonne ou mauvaise nouvelle pour la création ?

Lorsque Valve a évoqué pour la première fois le retrait de Steam Greenligh au profit d’un système plus rapide et flexible pour introduire des jeux, beaucoup se sont consternés de devoir obligatoirement payer pour déposer leurs travaux sur la plateforme Steam.

Jusqu’à aujourd’hui, il existait deux façons de profiter de l’énorme potentielle de vente de Steam : payer, ou passer par Greenlight. La première solution est la plus appliquée par tous les grands studios et éditeurs ayant les moyens. Selon les accords passés avec Valve, elle leur permet d’obtenir de belles pages de promotion de leurs jeux et de maîtriser tout un tas d’outils marketing de statistiques.

Steam Greenlight, ou comment permettre aux indépendants de se faire un nom

steam-greenlight

Aperçu de l’interface de l’outil Steam Greenlight

La seconde solution était plus appropriée pour tous les petits développeurs indépendants, étudiants ou juniors dans le métier. Pour palier leur manque de moyens financiers, Steam Greenlight leur proposait de faire valider leurs jeux par les joueurs. Après avoir fait vérifier un certain nombre d’informations légales et financières à propos de leurs studios, les développeurs pouvaient ainsi présenter une ébauche de leurs jeux et gagner des votes d’approbations ou de désapprobations (like et dislike, comme sur les réseaux sociaux). Le personnel de Steam venait ensuite valider la mise sur le marché des jeux les mieux notés.

Steam Greenlight a été lancé le 30 août 2012 parce que nous nous sommes aperçus que nous n’étions pas en mesure de prédire quels jeux intéressaient effectivement les utilisateurs. Avant cette date, une petite équipe chez Valve était en charge de la sélection des jeux proposés sur le magasin Steam. Pratiquement tous les jours, nous recevions des commentaires de joueurs se demandant pourquoi tel ou tel super jeu n’étaient pas disponibles sur Steam. Au fil du temps il est devenu clair que les goûts de cette équipe ne représentaient pas forcément ceux de tous nos utilisateurs.

Concrètement Steam Greenlight venait promouvoir la création avant les intérêts financiers et permettre aux jeunes développeurs de talent de se faire connaître et commencer à gagner leur vie malgré leurs faibles capacités financières.

Maintenant, 5 ans après que Greenlight ait vu le jour, c’est l’heure du bilan. Greenlight c’est plus de 90 millions de votes, près de 10 millions de joueurs ayant participé aux votes, et plus de 60 millions de joueurs ayant profité d’un jeu offert grâce à Greenlight pour un temps de jeu cumulé de 3,5 milliard d’heures. Certains de ces titres, comme The Forest, 7 Days to Die, et Stardew Valley, font partie de la liste des 100 meilleures ventes sur Steam.

Pourquoi fermer Steam Greenlight ?

steam-greenlight-logoSi Steam Greenlight semble avoir atteint la plupart des objectifs attendus par Valve, il reste plusieurs éléments qui déplaisent à ses créateurs. Le premier étant la corruption du système par « l’achat » des votes d’utilisateurs ou l’utilisation de bots. Certains développeurs ont détourné Steam Greenlight en proposant de rémunérer de différentes façons les votants (copies gratuites des jeux, goodies, etc.) Un acte désapprouvé par Valve qui y voit une manière de décrédibiliser la création des développeurs qui suivent les règles à la lettre.

Ces règles sont d’ailleurs aujourd’hui jugées trop hermétiques et pas forcément claires par beaucoup de développeurs. Puisque les votes ne sont qu’un indicateur pour les équipes de Steam qui valident ou non la parution des jeux sur la plateforme, à partir de combien de votes peut-on espérer voir son jeu validé ou non ? Qu’est-ce qui empêche Steam de truquer ses résultats ? Tous ces questionnements sont censés s’éteindre avec l’arrivé prochaine de Steam Direct.

Qu’est-ce qui va changer avec Steam Direct ?

Comme son nom l’indique, Steam Direct se veut beaucoup plus instantané que Greenlight. Le but est de faire dans la simplicité d’accès et d’empêcher les tricheurs de détourner le système.

A partir du 13 juin, tous les développeurs et éditeurs, devront payer le même prix pour publier un jeu, soit 100 dollars. Il s’agit là surtout d’une caution puisque les 100 dollars seront remboursés par Steam dès que le jeu aura généré 1000 dollars de vente. Par ce prix, la plateforme s’assure finalement d’un minimum de revenus, même sur les jeux qui ne plairont pas, et de dissuader les tricheurs.

Il y a eu depuis de nombreuses conversations sur les avantages et inconvénients introduits par ces frais, le montant idéal, la façon dont les développeurs pourraient les récupérer, quels seraient les développeurs les plus touchés, comment le magasin serait impacté et ainsi de suite. Les arguments avancés par les partisans des deux extrêmes de la gamme de prix (100 $ – 5000 $) que nous avions suggérée, étaient tous rationnels et convaincants. Notre calcul initial nous faisait pencher pour un montant de 500 $, mais les discussions avec la communauté nous ont vraiment incités à trouver un moyen de baisser ce montant et de faire en sorte qu’il fonctionne quand même.

En plus des 100 dollars, les développeurs devront toujours se plier à toute une procédure de vérification de leur identité, et Valve précise que le fonctionnement des jeux sera régulièrement examiné pour garantir la meilleure expérience aux acheteurs.

Bonne nouvelle pour la création ?

Steam Greenlight a peut être aidé bon nombre de développeurs indépendants à gagner un peu d’argent, et surtout se faire connaître dans leur univers professionnel, mais beaucoup de chemin reste à parcourir.

Pour les raisons que nous avons évoquées plus haut, il existe encore un grand nombre de jeux qui ne parviennent pas à s’établir sur Steam alors qu’ils en ont le potentiel créatif. D’autres paraissent et font un bide (usage de triches, ou simplement désillusions des votants).

Steam Direct a le mérite de simplifier l’accès à la plateforme Steam tout en logeant tout le monde à la même enseigne. Jeux AAA et petites œuvres indépendantes se côtoieront du moment que les créateurs versent la somme très accessible de 100 dollars. Si celle-ci avait été fixée à 5000 dollars comme certains éditeurs le réclamaient (probablement pour éviter que la place de marché soit inondée de jeux concurrents à moindre frais) cela aurait effectivement été un frein majeur pour les jeunes créateurs, notamment en sortie d’écoles, qui malgré leur manque de moyens ont souvent de belles idées.

Puisque l’on peut s’attendre a une considérable augmentation des jeux proposés sur Steam, le nouvel enjeu pour Valve sera d’améliorer la manière dont les utilisateurs de la plateforme sont orientés vers des œuvres en fonction de leurs goûts en la matière.

La communauté semble pour le moment plutôt séduite par les nouvelles perspectives de Steam Direct à en juger par les commentaires qui accompagnent les différentes publications officielles à ce sujet.

1 comment

  1. Pingback: Les 10 jeux qui nous ont fait rêver à l’E3 2017 – partie 1 – Digi Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *