Quand l’univers de Valérian rencontre la réalité virtuelle

valérian-vr-tiltbrush

Deux artistes se sont rencontrés pour réaliser une œuvre d’art en réalité virtuelle. Ils ont utilisé l’outil Tilt Brush de Google.

Lorsque l’on évoque l’avenir de l’art numérique, la réalité virtuelle est probablement l’une des (sinon la) principales innovations qui nous viennent en tête. Cette technologie nous permettrait de littéralement voyager dans des fresques picturales, qu’elles soient immobiles comme des tableaux, ou dynamiques comme les jeux vidéo.

L’usage du conditionnel dans ce premier paragraphe est même de trop, car la réalité virtuelle, même si balbutiante est déjà bien là. Les jeux vidéo foisonnent (comme le prochain Moss dont on parlait il y a peu) et rivalisent de créativité. Côté art figé, nombre de sociétés se sont déjà lancées dans la course au développement d’outils permettant aux artistes de peindre virtuellement. Google est l’une de ces sociétés et a conçu Tilt Brush avec l’aide d’artistes tels que Steve Teeple, qui sont rassemblés par la société dans un espace créatif appelé « Artist in Residence ».

Steve Teeple a récemment pu rencontrer Marc Simonetti, l’un des concept designer du film Valérian (il s’agit donc d’un dessinateur chargé de donner des idées visuelles à la production du film). Ces deux artistes ont pu échanger et travailler sur un projet artistique soutenu par Google (qui mettait à leur disposition l’espace de travail et l’outillage) mais aussi BNP Paribas (la banque étant partenaire de la promotion du dernier film de Luc Besson).

En se reposant sur les dessins de Marc Simonetti, Steve Teeple a pu plonger dans son univers virtuel et donner du relief au planche du dessinateur. Le résultat est une fresque rappelant bien certaines scènes du film et dans laquelle chacun peut se projeter en VR 360 (avec Google Cardboard). Un fait qui permet de « révolutionner la manière dont on fait de l’art et dont on la perçoit » d’après Steve Teeple. Si vous n’êtes pas équipée la vidéo YouTube standard existe toujours sans forcément rendre tout le potentiel immersif de l’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *