Orb : l’IA au service de la musique

orb_composer_pro

Orb est une intelligence artificielle imaginée par de jeunes ingénieurs français. Créature numérique de la start-up Hexachords, elle a la capacité d’écrire les partitions de véritables morceaux de musique orchestrale et ainsi d’aider les compositeurs à perfectionner leurs chefs d’œuvre.

Si l’on parle souvent d’art numérique en évoquant le visuel (jeux vidéo, cinéma, peinture, …) on oublie souvent que cela fait déjà des dizaines d’années que nous utilisons le bit pour changer, optimiser, voir améliorer notre musique. Il y a aujourd’hui pléthore d’outils informatiques et électroacoustiques venant porter différentes écoles musicales. Nous pouvons désormais ajouter à cette liste l’intelligence artificielle.

La société française Hexachords a conçu Orb. Il s’agit d’une IA apprenante, dont la fonction est de créer des partitions musicales. Celle-ci est capable de comprendre les sentiments humains provoqués par la musique. On vous laisse tout de suite écouter l’une de ses réalisations.

« Orb assiste le compositeur mais ne le remplace pas »

S’il y a parmi vous quelques experts, certains me diront tout de suite « oui mais il existe déjà des plateformes en ligne qui génèrent automatiquement de la musique quand on leur demande ». C’est vrai. Mathieu Calvo, responsable du développement business d’Hexachords interviewé par Digi Report, rapporte d’ailleurs que l’un de leurs principaux concurrents est la plateforme anglaise Jukedeck.

« Mais là où Jukedeck automatise 100% de la création musicale selon un nombre limité de paramètres, Orb admet un éventail plus large d’éléments à prendre en considération. Orb est l’assistant du compositeur et ne le remplace pas. Notre objectif est de développer un outil professionnel qui s’occupe de la partie fastidieuse de la composition musicale et qui laisse au compositeur plus de temps pour se consacrer à ses sensibilités artistiques ».

Comprenez par là qu’Orb (il s’agit du nom de l’IA, mais elle est intégrée à un outil appelé Orb Composer) crée des fichiers MIDI selon des paramètres préétablis par l’artiste (durée du morceau, séquençage, durées des séquences, sentiments provoqués par ces séquences, dynamiques, etc…)

Le fichier MIDI peut ensuite être totalement modifié par le compositeur, à l’aide ou non d’Orb. La partition de départ est donc le fruit d’une collaboration entre l’homme et la machine, mais il ne s’agit que d’un plan de travail (déjà particulièrement bluffant pour une IA) à modeler par le compositeur.

Hexachords - Orb Composer GUI

Aperçu de l’interface de travail du logiciel Orb Composer (sortie prévue en fin d’année 2017)

 

Voyez par vous-même ce que devient le morceau que nous vous avons fais écouter plus haut, lorsqu’il est travaillé par un professionnel.

Le jeu vidéo : un marché porteur pour Orb ?

Hexachords planche sur plusieurs marchés de développement pour Orb, et notamment… le jeu vidéo. Car oui, si Orb est capable de comprendre les sentiments humains suscités par ses partitions, imaginez ce que donnerait une composition en live dans un univers digital. « On peut imaginer une musique dynamique et rapide pour une scène d’action prenante pour le joueur, puis qui laisse place à un rythme plus lent et stressant lorsqu’il explore un passage dangereux », précise Mathieu Calvo.

L’intérêt serait alors de dynamiser notre aventure virtuelle par une musique d’ambiance toujours originale et jamais répétée. Reste à savoir comment les musiciens professionnels seraient intégrés à ce travail. Hexachords serait actuellement en pourparler avec un « grand acteur français du jeu vidéo ».


 

Hexachords a été fondée par Richard Portelli (diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et ancien élève du Conservatoire de Lyon). « Il travaille sur ce type de technologies depuis plus de 5 ans, et sa sensibilité pour la musique lui a fait se rendre compte qu’il y a beaucoup de répétitions et de règles simples qu’il est possible d’automatiser dans la composition musicale » explique Mathieu Calvo.

Ce dernier détient un diplôme d’ingénieur de l’Institut Catholique des Arts et Métiers de Toulouse et se charge du buisness developement de la start-up. Le dernier membre de l’équipe est Gaël Tissot, un pianiste et musicologue de renommée internationale qui vient apporter ses sensibilités artistiques au groupe.

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *