Japan Expo : un concert holographique… sans hologramme

IA-vocaloid-japan-expo

Ce weekend avait lieu la fameuse Japan Expo de Paris. Des milliers de personnes se sont rejoint pour célébrer la culture japonaise, geek et pop. Pour l’occasion de nombreuses activités étaient programmées, notamment un concert de la chanteuse virtuelle IA. Pourtant une bonne partie du public a été déçue par la représentation.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’art numérique est allé suffisamment loin pour produire des stars de la chanson totalement virtuelles. C’est le cas d’IA, une des artistes numériques du projet japonais Vocaloid. Il s’agit du nom d’un logiciel de synthèse vocale mis au point par Yamaha Corporation, et qui permet, littéralement, de créer des chansons (et les voix qui vont avec) depuis un ordinateur.

Les Vocaloids ont donné naissance à plusieurs artistes virtuels, IA est l’une d’entre eux (et l’une des plus populaires dans la culture japonaise). Créée à partir de la voix de la chanteuse Lia (connue pour « Tori no Uta »), elle a déjà interprété différents génériques d’animés, chanté pour la course automobile japonaise Super GT, et s’est produite plusieurs fois en concert. D’ailleurs ces concerts sont particulièrement connus pour les apparitions d’IA sous forme d’hologramme. La chanteuse de synthèse n’est plus seulement une image en 2D affichée sur un écran mais bel et bien un corps en imagerie 3D qui s’agite sur scène pour le plus grand plaisir de ses fans.

Retransmission d’un concert holographique d’IA

La Japan Expo de Paris pas au point sur la partie hologramme

C’est donc cette célébrité virtuelle japonaise qui venait se produire sur scène à la Japan Expo de Paris qui en faisait bonne communication. Problème, comme l’indique Numerama venu observer la prestation, le public est très vite descendu de son petit nuage en réalisant qu’à Paris, IA ne prendrait pas sa forme holographique, mais retournerait à l’image… sur écran. D’autres internautes se sont plaints de l’absence de sous-titres lors du concert animé. Une critique peut être un peu forte considérant le fait qu’il y a rarement de sous-titres lorsque l’on se rend à un concert interprété par des chanteurs étrangers, ou même lorsque l’on en regarde les vidéos.

On sait que la technique est présente en France. Utilisée récemment par Jean-Luc Mélenchon pendant sa campagne présidentielle, la Japan Expo est aussi familière du sujet, puisqu’en 2016 l’événement était déjà l’occasion d’un concert des Calamazones (issues du jeu Splatoon de Nintento). Les deux personnages étaient alors complètement animés par holographie.

Le Digi-Report a contacté la communication de la Japan Expo pour savoir ce qui avait induit l’absence d’hologrammes. L’absence d’hologramme pour le concert d’IA cette année serait-il du à un manque de moyen, de place, ou peut-être d’un engagement moindre de la société 1st Place Co (qui gère les représentations d’IA) ? Nous vous tiendrons informé à la seconde où nous recevrons une réponse officielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *