Google et Rhizome s’associent dans la préservation de l’art numérique

goolg-arts-culture

La division Arts & Culture de Google s’associent à l’association New-Yorkaise Rhizome pour bâtir un nouveau programme de conservation et d’exposition des œuvres d’arts numériques.

Depuis longtemps déjà, le groupe Google s’illustre comme un grand défenseur de l’accès à l’art. Sous l’égide de sa division Arts & Culture, le groupe finance des programmes de valorisation et de préservation de l’art partout à travers le monde (comme cette initiative menée avec les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique). Google met ainsi à la disposition des artistes ses technologies de digitalisation et ses moyens financiers importants. Une belle façon de redorer son blason, notamment en France, après de nombreuses plaintes déposées pour non respect des droits d’auteurs.

Cette fois-ci le groupe se focalise sur l’art numérique en soutenant la mission de l’association à but non lucratif Rhizome. Basée à New-York, l’organisation se donne pour mission d’établir une plateforme en ligne permettant aux artistes d’exposer leurs œuvres, d’accéder à divers outils leur permettant d’exercer et sauvegarder leurs travaux, mais aussi de protéger ces derniers face aux dangers représentés par l’obsolescence des technologies. Il s’agit finalement ni plus ni moins d’un musée numérique.

Associer technologie et culture artistique pour pérenniser notre patrimoine numérique

L’accord antre Google Arts & Culture et Rhizome est quelque peu imprécis, mais on sait qu’à nouveau Google apportera ses moyens techniques en matière de conservation de la donnée non centralisée (comprenez par là que pour lutter contre la détérioration des supports de stockage avec le temps, les œuvres seront sauvegardées via des systèmes de cloud computing) et d’exposition. De son côté, Rhizome exposera désormais une partie de son trésor artistique sur la plateforme Arts & Culture de Google. L’association promeut actuellement trois expositions gratuites pour sceller l’accord. La VR de Google pourrait aussi être envisagée pour doper l’attrait des œuvres exposées.

Ce partenariat fait suite à une conférence du mois dernier ayant pour thématiques les dangers liés à l’obsolescence des technologies pour l’art et la nécessité de développer de meilleures techniques de préservation. L’événement était présidé par Vint Cerf, Vice-Président de Google Arts & Culture, avec la participation de Dragan Espenschield. Ce dernier dirige actuellement le programme de conservation des œuvres numériques (jeux vidéo, interfaces utilisateur anciennes, musiques, etc.) de Rhizome et est connu pour sa carrière en tant que musicien 8 bits (il a notamment développé plusieurs logiciels liés à la création musicale sur Atari en 1991).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *