60 minutes de Final Fantasy XV à la PAX West Seattle

ff-xv

Après des vacances bien méritées, le Digi Reporter revient vers vous. Pendant ce long mois à me dorer la pilule, et disons le, à chercher du travail, j’ai bien sûr continué à chercher quelques infos à vous partager. Certaines ne seront donc pas toutes fraîches mais devraient rester intéressantes.

C’est le cas, notamment, de la présentation de Final Fantasy XV qui a eu lieu à la PAX West de Seattle (du 2 au 5 septembre dernier). En matière d’art numérique, la licence des Final Fantasy a toujours trôné en exemple des jeux vidéo créatifs. Les mondes imaginés pour ces jeux rivalisant tous d’originalité, de couleurs, voir même de gigantisme, sans oublier ces mignonnes ou effroyables chimères venant paver notre parcours d’aventurier.

Le prochain opus est attendu depuis des années. Portant au départ l’étiquette FF XIII Versus, le projet a maintes fois été remanié pour arriver sur nos Playstation 4 et Xbox One dès le 29 novembre prochain (théoriquement).

FF XV : un monde presque contemporain…

Final Fantasy XV nous propulse dans un monde moderne, proche du nôtre, où coexistent le matériel et l’immatériel. Ainsi, Noctis Lucis Caelum, personnage principal de cet opus, se déplacera dans un monde ouvert composé de métropoles, villes et villages, en empruntant les routes bitumées à l’aide d’une automobile tout ce qu’il y a de plus « normal ». Cependant, lui et ses compagnons seront bien vite attaqués par les créatures de l’immatériel (gobelins, et autres chimères tant appréciées des fans) au gré de ses pérégrinations pour défendre le cœur de son royaume, attaqué par des étrangers.

On a déjà pu assister à quelques vidéos du jeu, mais la dernière Pax West de Seattle nous en a envoyé plein les yeux. Ce sont près de 60 minutes de gameplay qui ont été présentées par Hajime Tabata (réalisateur célèbre dans l’univers FF depuis 2000 et qui préfère être appelé Tabi) ainsi que le game designer Wan Hazmer. Pour éviter de spoiler l’intrigue, le live (diffusé sur Twitch) a été effectué dans une zone accessible dès le début du jeu pour des quêtes secondaires : les mines de Balouves. Il s’est tout de même terminée sur la présentation d’un boss de l’intrigue principale pour sustenter les spectateurs.

Le monde ouvert fait place nette

Visuellement, le jeu semble beau sans pour autant transcender. Difficile de se faire une idée des prouesses techniques atteintes sur ces quelques images, car les environnements explorés sont assez pauvres. Un désert, des couloirs de mine très linéaires… rien de bien coloré et explosif. Cependant, le design des personnages, leurs animations, ainsi que le travail des lumières sont particulièrement bien léchés. On prend presque un certain plaisir à abîmer la carrosserie de sa voiture en la plantant dans celle des autres (façon GTA) pour voir se déformer les reflets sur la taule.

Côté environnement, rappelons que Square Enix a décidé de rompre avec la linéarité des précédents épisodes en offrant un monde ouvert qui se dit « extrêmement vaste ». Finalement, seuls les donjons (comme les mines de Balouves présentées dans cette vidéo) retrouvent un cheminement bien marqué.

Combats résolument orientés action

Si l’on évoque un nouveau Final Fantasy, impossible de faire l’impasse sur le système de combat. Depuis la fin de l’épopée marquée par l’épisode X (et X-2) de la licence, le combat se veut dynamique orienté action. Adieu le tour par tour, et FF XV se projette encore plus loin dans l’action en abandonnant les combats instanciés ou semi instanciés (le fait que vous sortiez du monde principal à chaque combat et/ou que vous soyez obligés de le finir ou de le fuir pour reprendre votre cheminement). Les fans de la première heure y trouveront peut être à redire, mais il n’empêche que la démonstration est convaincante.

Le joueur pourra ainsi passer d’un personnage à l’autre de son équipe (en fonction de ses préférences) et opter pour différents styles de combat liés aux armes équipées. En fonction de vos adversaires, il vous faudra donc adapter votre style martial : une arme à deux mains (lente mais puissante), une arme une main (pour la rapidité et enchaîner les contres), ou bien une lance (pour frapper avec allonge)… à chaque arme son style. On retrouve quelque peu des marques proches de Dark Souls ça et là (la difficulté diabolique en moins).

D’ailleurs, FF XV fait aussi dans le gigantisme en imposant au joueur des adversaires souvent démesurément grand. Pour ce type de combat (sur la vidéo vous le verrez dès la minute 52) il faudra régulièrement détruire des parties du corps de l’ennemi pour l’handicaper et faciliter le combat. Chacun ira de sa propre tactique. Une dynamique intéressante, mais qui, du fait d’une gestion de la caméra très hasardeuse, finit par donner le tournis… dommage.

Crafter sa propre magie

Côté magie (un Final Fantasy sans magie ce serait comme un Noël sans Père Noël) Square Enix innove et propose un nouveau système de craft. Les sorts que les joueurs utiliseront seront conçus par eux. Il faudra pour se faire collecter des essences présentes partout dans le monde sous forme de gisements. Lors de la création d’un sort (minute 39), ces essences seront dépensées dans une des écoles de magie disponible (feu, foudre, glace) et définir les influences élémentaires du sort (pouvant être spécialisé ou hybride en appartenant jusqu’aux trois écoles de magie à la fois). Seront ensuite requis des objets collectés dans le jeu (potions, élixirs, morceaux de monstres, etc…). Le type de mélange que vous effectuerez définira le sort que vous créerez. Offensif, défensif, plusieurs cibles, une seule cible, plusieurs frappes, une seule frappe, un élément, trois éléments… et des centaines d’autres combinaisons possibles.

Notez que la magie est particulièrement puissante lorsqu’elle est utilisée à bon escient. Cependant, ses effets sont dynamiques et peuvent trouver résonance dans l’environnement… pour le meilleur ou pour le pire. Par exemple, un éclair projeté dans une flaque d’eau l’électrifiera. Si des monstres sont dedans tant mieux, mais si vous avez malencontreusement laissé un membre de votre groupe faire trempette… et bien disons que vous ne le ferez pas, d’accord ?

Chocobo on DUTY !

Nous terminons ce petit compte rendu avec un clin d’œil à l’une des créatures les plus mémorables de la licence Final Fantasy. Le chocobo fait son grand retour sur le devant de la scène dans FF XV grâce aux courses. Le joueur disposera de son propre piaf de compétition et pourra, au gré de ses voyages, entreprendre des compétitions aux règles et aux parcours variés pour gagner des lots supplémentaires. Et comme son maître gagne des niveaux en faisant son métier d’aventurier, le chocobo, lui aussi, progressera en expérience à chaque course menée à bien. Sa jauge d’endurance (lui permettant de sprinter ou sauter) se remplira ainsi plus vite tout en devenant de plus en plus grande. Il gagnera, en outre, des capacités spéciales (comme le dash visible sur cette vidéo).

En tout cas, tout comme lui, je pense que de nombreux fans sont déjà dans les starting block en attendant le top départ de Final Fantasy XV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.